Victimes d'usurpation d'identité : la bonne marche à suivre ? avec l'ALLDC


2 millions de français ont déjà été victimes d'l’usurpation d’identité. Les causes sont multiples : perte ou vol des documents d’identité, hameçonnage sur internet, fouilles de poubelles.



Ce délit consiste à prendre délibérément l’identité d’une autre personne dans le but de réaliser des actions frauduleuses commerciales, civiles ou pénales.

 

Les fraudes sont nombreuses : ouverture d’une ligne téléphonique, d’un compte bancaire, conclusion d’un contrat de crédit, de location de voiture…

 

Le premier réflexe lorsque vous vous rendez compte que vous êtes victime d’une usurpation d’identité est de porter plainte immédiatement au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie la plus proche de chez vous (vous avez la possibilité de faire une pré-plainte sur le site pre-plainte-en-ligne.gouv.fr; Il n’existe malheureusement pas de mécanisme tel qu’un fichier centralisant l’usurpation d’identité. C’est pourquoi il est important d'agir au coup par coup.

 

Cela signifie qu’à chaque fois que vous avez connaissance d’une nouvelle fraude, vous devrez déposer une plainte. Prenez-donc soin de garder une copie de la plainte car elle vous permettra de prouver aux créanciers qui vous poursuivent que vous n’êtes pas l’auteur des faits. Aujourd’hui le code pénal punit l’usurpateur d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

 

Le pratique la plus courante est le hameçonnage : elle consiste à se faire passer pour une personne ou un organisme de confiance pour récupérer des données confidentielles : identité bancaire, date de naissance, numéro de sécurité sociale…

 

Vous devez donc rester vigilant et protéger le mieux possible vos données personnelles, notamment lorsque vous vous connectez sur un site et attention à ne pas cliquer sur n’importe quel lien reçu par mail.

 

Aussi ne tardez pas à effectuer les démarches dés lors que vous constatez l’usurpation et faites preuve de patience pour prouver que vous êtes vous et non la personne à l’origine de la fraude.

Consomag
Haut de page