Utiliser plus, posséder moins

avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME)


Nous possédons aujourd’hui 15 fois plus d’objets que nos grands-parents.



L’économie circulaire propose une évolution de ce modèle : répondre à un besoin non pas par la possession mais par l’utilisation.

 

En évitant de multiplier les achats, on évite les impacts environnementaux générés par les phases de production et à la fin de vie d’un produit.

Donc, on limite les consommations d’énergie, de matières premières et la production de déchets.

 

Ainsi, il est essentiel de s’orienter vers des produits de meilleure qualité, qui vont tenir dans la distance, car les utilisations sont multipliées ; par conséquent, les utilisateurs amélioreront la qualité de leur produit et éviteront le jetable ou des produits qui finissent rapidement en déchet.

Il s’agit de bien s’interroger sur ce dont on a besoin.

 

Posséder ou utiliser à plusieurs permet également de faire des économies d’argent. C’est ce qu’on appelle la consommation collaborative, pilier de l’économie circulaire. Elle permet de réduire les impacts environnementaux de notre consommation.

La consommation collaborative existe depuis toujours mais est aujourd’hui plus accessible grâce aux outils numériques, permettant d’entrer en contacts avec des gens que l’on ne connaît pas.

En effet, la base de la consommation collaborative est la mise en relation directe des consommateurs.

La consommation collaborative peut toucher absolument tous les domaines de la consommation, les biens autant que les services.

 

A retenir :

– Eviter une multiplication des achats

– Privilégier les équipements plus solides et plus durables

– Posséder et/ou utiliser à plusieurs

Consomag
Haut de page