Quelle est la responsabilité des compagnies aériennes en cas de surbooking ? avec Familles de France


Le surbooking, aussi appelé "surréservation", correspond au fait qu’une compagnie aérienne vende un nombre de places supérieur à la capacité de l’appareil. Sachant que des défections sont inévitables, cette pratique lui assure un taux de remplissage maximum.



Cette pratique de surbooking pratiquée par les compagnies aériennes n’est pas interdite et elle peut vous empêcher d’embarquer. C’est pourquoi le premier conseil à donner aux voyageurs avant un départ en avion, est de bien confirmer la réservation du vol et de se présenter à l’enregistrement avant l’expiration de l’heure limite d’embarquement.

 

En cas de surbooking, la compagnie aérienne doit en premier lieu faire appel à des volontaires qui acceptent de :

  • renoncer à leur réservation en contrepartie de certains avantages,
  • renoncer à leur vol avec remboursement du billet et au besoin un vol retour vers le point de départ initial ou bien différer le départ et accepter une place sur un autre vol.

Les volontaires peuvent négocier avec la compagnie aérienne, une indemnisation et certaines prestations telles que la prise en charge de rafraichissement et la possibilité de se restaurer.

 

Mais que se passe-t-il si la compagnie vous refuse l’accès à l’embarquement, alors que vous ne vous êtes pas porté volontaire ?

Dans ces conditions, les passagers qui n’auront pas pu embarquer ont également le choix entre un droit :

  • au remboursement du billet avec réacheminement vers leur destination finale,
  • à une indemnisation financière forfaitaire équivalente à celle des passagers subissant une annulation de vol.

Enfin la compagnie aérienne, en cas de surbooking, doit les prendre en charge pendant l’attente de leur prochain vol.

Cette prise en charge comporte :

  • les SMS ou communications passées dans l’aéroport,
  • les collations, rafraichissements,
  • voire l’hébergement.

Conservez bien toutes les factures pour faire votre demande de remboursement à la compagnie aérienne.

Consomag
Haut de page