Médicaments contre la toux : mode d’emploi


Alcool, conservateurs, sucres… les médicaments anti-toux ne sont pas si anodins que cela ! Avant d’en consommer les yeux fermés, un petit rappel sur l’automédication s’impose.

 

Ces médicaments sont préconisés pour une cure de courte durée et pour une toux non compliquée (c’est-à-dire sans pathologie associée). Si la toux persiste au-delà de 5 jours, il convient de consulter un médecin.

 

Dans tous les cas, il est important de lire attentivement la notice et d’interroger son pharmacien en cas de traitement en cours, notamment pour éviter les interactions médicamenteuses possibles.

 

1 - Dans quels cas acheter un médicament contre la toux ?

2 - Quelques conseils de choix et d’utilisation

 

 

1 - Dans quels cas acheter un médicament contre la toux ?

La toux est un symptôme fréquent, bénin en lui-même mais qui peut révéler une pathologie sévère. C’est un signal d’alarme dont il faut rechercher la cause. Les toux peuvent avoir plusieurs origines, les plus fréquentes sont broncho-pulmonaires.

 

Avant de prendre un médicament anti-toux, il est important de distinguer les différentes formes de toux afin de choisir la spécialité adaptée :

 

  • La toux sèche (non productive) : c’est une toux d’irritation des parois des voies respiratoires. Elle est souvent spasmodique, fréquemment nocturne, fatigante voire douloureuse pour le malade. Elle ne provoque pas d’expectoration.
  • La toux grasse (productive) : elle est symptomatique d’affections bronchiques ou pulmonaires. Elle permet d’évacuer hors des voies respiratoires le mucus produit en excès et souvent infecté. Les antitussifs sont donc à proscrire dans ce cas.

Les différents types de médicaments anti-toux :

 

  • Les antitussifs opiacés, substances dérivées de l’opium. Les opiacés sont les médicaments les plus anciens et sans doute les plus utilisés. La codéine en fait partie, c’est la substance antitussive de référence en pharmacologie. Sa durée d’action est de 4 à 6 heures, elle s’adresse aux toux non-productives gênantes.
  • Les antitussifs non opiacés tels que les antihistaminiques. Ils s’adressent aux toux non-productives gênantes nocturnes ou d’origine allergique.
  • Les antitussifs périphériques. Ils élèvent la sensibilité des récepteurs  locaux.

Les médicaments anti-toux sont inefficaces pour les toux grasses et ne sont pas toujours dénués de risques ! L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Haute autorité en Santé (HAS) soulignent régulièrement  l’insuffisance de service médical rendu. Dans ce cas, il est recommandé de privilégier les boissons chaudes, d’assainir l’air (notamment contrôler l’humidité), etc.

 

 

2 - Quelques conseils de choix et d’utilisation

 

  • Evitez les produits qui contiennent de l’alcool et toute association avec des boissons alcoolisées.
  • Prenez garde aux risques de somnolence possibles avec certains antitussifs opiacés ou antihistaminiques (attention si vous conduisez !).
  • Pour les personnes diabétiques ou obèses, tenez compte de la teneur en sucre : privilégiez les médicaments sans sucres
  • Pour les personnes suivant un régime appauvri en sel, tenez compte de la teneur en sodium
  • Tenez compte des conservateurs.
    Tous sont susceptibles de provoquer des allergies chez les personnes ayant un terrain allergique, et ils ne sont pas anodins (par exemple certains parabènes) : les bons médicaments doivent s’en passer !
  • Lisez attentivement la posologie.
  • Ne donnez pas à un enfant la moitié d’une dose pour adulte, cela peut être source d’accidents thérapeutiques parfois graves (surdosages) : ne donnez des sirops pour adultes qu’à des personnes ayant plus de 15 ans et en veillant bien à adapter la posologie au poids.
  • Ne doublez jamais la dose indiquée. Vous accentuerez les effets secondaires sans pour autant augmenter l’efficacité du produit. Ne confondez pas les tailles de cuillères à café et à dessert. A noter que de plus en plus de spécialités sont conditionnées avec un système doseur.

 

Les personnes fragiles (souffrant notamment d’insuffisances hépatiques ou rénales) doivent généralement diviser la dose par deux : un conseil médical est ici indispensable… surtout en cas de prise concomitante d’autres médicaments.

 

 

Pour en savoir plus

> Consulter l'essai comparatif sur les médicaments anti-toux pour adultes (sirops, comprimés, solutions buvables…) du mensuel de novembre 2015 de 60 Millions de Consommateurs (contenu payant).

Haut de page