Lessives : le point sur leur composition


Pendant longtemps, les produits de nettoyage du linge se sont limités aux savons. Ce n’est plus le cas actuellement et les consommateurs ont désormais un choix très important : lessives pour textiles délicats, pour le respect des couleurs, blanchissantes, écologiques, etc… Avant de vous fier à des arguments marketing, un petit point sur la composition s’impose !

 

 

1 - Des lessives liquides ou en capsules ?

2 - Composition des produits : le point sur la réglementation

3 - Obtenir la liste complète des ingrédients : le parcours du combattant

 

 

1 - Des lessives liquides ou en capsules ?

Plus simples d’utilisation, les lessives liquides et en capsules ont détrôné les lessives en poudre.

 

A - Les lessives liquides

Elles représentent plus de la moitié des ventes de lessives. Ce sont des solutions aqueuses de détergent (également appelées « tensioactifs » ou « agents de surface »). Leurs propriétés mouillantes (ils favorisent le mouillage des tissus), détergentes (ils sont capables d’assurer le nettoyage des surfaces solides) et émulsionnantes (les graisses pourront ainsi être éliminées avec l’eau de rinçage) permettent de nettoyer le linge. Des additifs peuvent également être présents dans les lessives tels que des conservateurs, des parfums et des colorants.

 

B - Les capsules

Apparues dans les rayons des supermarchés il y a quinze ans les lessives en capsules représentant aujourd’hui 23 % des ventes. Sur un plan qualitatif, le contenu de l’unidose est identique à celui du bidon de lessive liquide.

 

En revanche, ces petits « sachets » aux couleurs vives attractives s’avèrent dangereuses pour les jeunes enfants, qui peuvent notamment les mettre à la bouche et les percer. Le nombre d’accidents recensés par les centres antipoison est passé de 500 en 2009 à 5 000 en 2014. Le contact peut provoquer des difficultés respiratoires, des vomissements, des brûlures des yeux ou de la peau.

 

Les effets observés sont principalement liés au pouvoir irritant des produits lessiviels concentrés. Les lessives en capsules sont donc fortement déconseillées s’il y a de jeunes enfants à la maison.

 

Face à cette situation, une campagne conjointe de l’OCDE et de la Commission européenne a été lancée en mars 2015 afin de sensibiliser les parents de jeunes enfants aux risques posés par ces capsules (en savoir plus sur la campagne).

 

 

Le dosage s’avère plus facile avec les capsules :

 

En effet, les doseurs ou les bouchons doseurs des lessives liquides ne sont pas (ou mal) gradués :

  • L’indication est peu visible/lisible ;
  • Le bouchon est très souvent semi-opaque avec des graduations faites avec la même couleur que le bouchon ;
  • Le niveau est inscrit dans le bouchon et apparait à l’envers si on essaie de lire l’indication de l’extérieur.

Très souvent, tous ces défauts sont combinés et la lecture du niveau doit se faire depuis l’intérieur du bouchon, soit « en vue plongeante ». Autant dire que c’est  probablement la meilleure façon de fausser la lecture du niveau et de se tromper dans le dosage…

 

Bon à savoir Prix à l’usage et coût d’un lavage

Pour ces produits, il ne faut pas comparer les prix au litre, mais prendre en compte le nombre de lavages indiqué. En effet, le prix au litre actuellement affiché n’a aucun sens selon qu’il s’agisse d’une lessive concentrée ou non !

 

 

2 - Composition des produits : le point sur la réglementation

Vous avez tendance à acheter votre lessive par habitude ou à cause de son odeur ? C’est une erreur ! En effet, il ne faut pas sous-estimer la composition des lessives et spécialement les personnes à peau sensible.

 

Le point sur la règlementation

Le Règlement du 31 mars 2004 relatif aux détergents est entré en vigueur le 8 octobre 2005 et a été modifié par les règlements n°907/2006, n°1336/2008, n°219/2009, n°551/2009 et n°259/2012. Il indique notamment ce que doivent afficher les lessives sur leur emballage :

 

Etiquetage du contenu

Les composants doivent être exprimés en % selon les 4 catégories suivantes : moins de 5 %, de 5 à 15 %, de 15 à 30 % et plus de 30 %.

L’étiquetage de la plupart des molécules est obligatoire (phosphates, phosphonates, différents types d’agents de surface, zéolites, savon, EDTA, …) s’ils sont présents à raison de plus de 0.2% du poids et quelle que soit leur concentration pour les classes de composants suivantes : enzymes, azurants optiques, désinfectants, parfums, agents conservateurs.

 

Informations sur le dosage

Le nombre de lavages (dans les conditions standard) doit règlementairement être affiché sur le produit. Toutefois, le nombre de lavages réalisable avec un flacon indiqué sur l’emballage correspond à un usage qualifié de standard : du linge moyennement sale et lavé avec une eau moyennement dure. En fonction des caractéristiques de l’eau ou du type de salissures que l’on souhaite traiter, le nombre de doses évolue différemment d’un produit à l’autre.

 

Exemple d’informations sur le dosage d’une lessive liquide

 

Le règlement CLP

Le règlement CLP définit les méthodes d’identification et de classification de toutes les préparations vis-à-vis des dangers qu'elles présentent pour la santé humaine et pour l'environnement, par exemple leur inflammabilité et leur toxicité. Elle précise également les mentions d'étiquetage et d’emballage des produits chimiques.  Cet étiquetage peut soit figurer sur l’emballage, comme dans le cas des produits pour le grand public, soit sur les fiches de données de sécurité pour les produits utilisés dans les domaines industriels et institutionnels.

 

Le règlement CLP est applicable depuis le 1er décembre 2010 pour les substances et à compter du 1er juin 2015 pour les mélanges (lessives) avec une tolérance jusqu’au 31 décembre.

 

Exemple d'éléments d’étiquetage du règlement CLP

 

 

3 - Obtenir la liste complète des ingrédients : le parcours du combattant

Réussir à remonter le fil et trouver la liste de tous les ingrédients n’est pas toujours chose aisée. Selon le même règlement (648/2004), « l’adresse du site web où il est possible d’obtenir la liste des composants […] doit être mentionnée sur l’emballage […] [Ils sont] énumérés dans l’ordre décroissant de leur concentration. […] L’accès au site web ne doit être soumis à aucune restriction ni condition ; le contenu du site web doit être tenu à jour.[…] ».

 

Tout comme pour les produits cosmétiques, il serait judicieux que la liste complète des ingrédients soit présente sur les emballages afin d’être véritablement transparent. Quid du décryptage des étiquettes ?
Une fois l’information obtenue, il est difficile pour un non chimiste de décrypter les intitulés complexes des formulations et de partir à la chasse de ces molécules incriminées (qui peuvent d’ailleurs prendre plusieurs noms différents).

 

 

L’affichage de la composition des lessives devrait être simplifié et rendu plus compréhensible :

 

  • Avec des intitulés avant chaque liste de substances décrivant le rôle ou les effets des molécules (ex : conservateurs (antimicrobiens) : méthylisothiazolinone, octylisothiazolinone… ; allergènes : limonène, coumarine…) ;
  • Que les substances listées soient nommées selon une nomenclature commune, du moins avec la même que celle de la directive qui liste les substances devant être mentionnées sur l’étiquette ;
  • Idéalement, la liste des 26 substances de la directive « Cosmétiques » 2003/15/CE identifiées comme potentiellement allergiques, devrait être disponible sur le lieu de vente afin que les personnes désireuses d’éviter ces molécules puissent le faire en connaissance de cause. En effet, les allergies de contact sont courantes (2% de la population européenne serait affectée) et peuvent entre autres provoquer de l'eczéma. Dans la moitié des cas, ces allergies sont dues aux substances parfumantes : la seule présence de la substance peut entrainer une réaction chez une personne sensible.
    Dans l’idéal, il vaut mieux éviter les produits qui contiennent une ou plusieurs de ces substances, à plus forte raison les personnes sensibles. Une lessive n’a pas besoin de sentir bon pour bien laver !

 

Ainsi, l’INC préconise que soit mis en place :

  • Une information complète sur la composition (liste exhaustive des ingrédients) à même l’emballage ;
  • La liste des substances allergisantes à disposition sur le lieu de vente ;
  • La suppression des mentions « peaux sensibles » « sensitive » etc… si le produit contient des conservateurs allergisants ;
  • Des doseurs plus précis et plus pratiques pour éviter de mauvais dosage de la lessive ;
  • Un affichage du prix au lavage.

 

> Pour aller plus loin : consulter l’essai comparatif de 20 lessives dans le n° 512 de février 2016 du mensuel 60 Millions de consommateurs.

Haut de page